Instagram
Me suivre
Artisanat, savoir-faire et luxe à la Française - Laura Bhrd
196
post-template-default,single,single-post,postid-196,single-format-standard,cookies-not-set,eltd-core-1.1.1,audrey child-child-ver-1.0.0,audrey-ver-1.3.1,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-default-style,eltd-fade-push-text-right,eltd-header-vertical,eltd-no-behavior,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,eltd-light-header,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,eltd-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Artisanat, savoir-faire et luxe à la Française

Laura Bhrd / Editorial  / Artisanat, savoir-faire et luxe à la Française
Photo by Adolfo Félix on Unsplash

Artisanat, savoir-faire et luxe à la Française

“Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde. Ô le bon temps que ce siècle de fer !
Le superflu, chose très nécessaire (…)”.
Voltaire, Le Mondain (1736)

Personnellement…

J’ai tendance à associer le luxe à la notion d’intemporalité. Avec l’idée qu’une création puisse traverser le temps sans prendre une ride et que celle-ci vienne marquer une époque.
Alors, je ne sais pas si c’est la même chose pour vous, quoiqu’il en soit, lorsque l’on me parle d’artisanat, de savoir-faire traditionnel ou encore de luxe à la française, je pense par extension, à ce poème épicurien de Voltaire. Pour lui, le luxe était un véritable plaisir, favorisant les arts et les activités artistiques.

Et si certains de ses détracteurs l’ont accusé, à l’époque, d’être l’auteur d’une œuvre subversive, ce dernier considérait que les raffinements de la civilisation visaient à accroître le bonheur des hommes et que le luxe était une source de richesse et de production.

Un savoir-faire humain

Derrière une marque, un logo, un objet ou encore un prix se cache une expertise, un héritage qui se transmet de génération en génération.

N’oublions pas que ce sont des hommes et des femmes, comme vous et moi, qui sont les auteurs de pièces d’exception ; Et qu’il leur a fallu du temps pour se spécialiser dans un secteur particulier et être à même de réaliser des objets uniques qui nécessitent des heures, des jours ou encore des mois de travail.

Finalement, ce qui fait la singularité d’un produit artisanal, au-delà du choix des matières ou des technologies de pointe utilisées, c’est l’attention portée à la réalisation de ce dernier.

En ce qui me concerne, la première image qui me vient en tête lorsque j’associe les notions d’artisanat et d’industrie du luxe, c’est celle d’une robe haute couture.

Au-delà du coût financier qu’implique la réalisation d’une telle pièce, c’est surtout le temps dédié à cette dernière qui est impressionnant : Il faut compter environ plus de mille heures de travail pour confectionner à la main, une robe (selon la complexité du modèle). Sans parler des matériaux utilisés (plumes, broderies, fleurs etc.) et du nombre de personnes nécessaires à sa création.

On passe de la réalisation d’un croquis, à l’élaboration des patrons, pour finalement arriver à la création d’une robe, disons-le clairement : c’est de l’Art !

Ce que je trouve d’autant plus fascinant derrière tout cela, c’est finalement la dimension historique qui se cache derrière les Maisons de Luxe et les artisans qui ont contribué à leur rayonnement au cours de l’Histoire.

Louis Vuitton, par exemple était fils de menuisier. À 14 ans, il a rejoint Paris pour débuter sa carrière d’apprenti dans un atelier qui réalisait des coffres de voyage. C’est comme cela que la marque va révolutionner le domaine de la bagagerie en créant la malle plate.

Il y a aussi l’exemple de Gabrielle Chanel, à qui l’ont a attribué l’indémodable tailleur en tweed, le célèbre sac matelassé ou encore la fameuse petite robe noire.

Sans oublier la Maison Hermès et son iconique sac Kelly ou encore le fameux smoking Noir et la saharienne d’Yves Saint Laurent.

Cette dimension historique s’inscrit dans l’ADN des marques de luxe et les artisans sont finalement les acteurs indispensables au succès de ces Maisons.

Le secteur de l’artisanat du luxe…

Il faut savoir qu’aujourd’hui, le secteur de l’artisanat du luxe représente en France plus de 200 métiers et regroupent environ 38.000 entreprises. Celles-ci sont généralement composées de petites structures (d’à peine deux salariés). Certains artisans décident de créer leur propre atelier, alors que d’autres préfèrent œuvrer pour des prestataires qui effectuent à la demande, des créations pour le compte de grandes Maisons.

C’est donc tout naturellement que certaines marques ont fait le choix d’œuvrer pour la préservation de cette héritage. C’est par ailleurs le cas de la Maison Chanel, qui a fait le choix de racheter ses sous-traitants spécialisés en peausserie, broderie ou métiers d’art dans l’optique de conserver ces métiers représentatifs du savoir-faire “Made in France”. Finalement, le lien entre artisanat et Maisons de luxe a toujours existé au cours de l’Histoire. L’enjeu actuel, dans un contexte de mondialisation et de tout ce qui en découlent, est d’œuvrer pour la préservation de ces métiers. Car oui, l’artisanat est un relais de communication puissant qui permet aux différentes marques (ayant fait le choix de soutenir ce secteur), de renforcer leur positionnement sur un marché concurrentiel.

Dans cet optique, de nombreuses manifestations sont régulièrement organisées en France pour mettre en avant ces métiers et sensibiliser le public à leur préservation.